Texte à méditer :  N'oubliez pas d'installer un htaccess pour protéger l'accès à la zone d'administration de GuppY.   
livres et romans
Le livre L'enfant loup
Présentation

Fermer films d'animations remarquables

Fermer mes livres de peintures

Fermer mes livres de photos

Fermer mes livres de poèmes

Fermer mes vidéos

Fermer musique du monde

Fermer poèmes. Caravanes

Fermer poèmes. Deuils et fantômes.

Fermer poèmes. Exils

Fermer poèmes. Initiations

Fermer poèmes. L'entre-deux

Fermer poèmes. Renaissance

Fermer vidéos remarquables

Technique
Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
3 Abonnés
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

poèmes. Renaissance - dans la nuit des mille étoiles
Mon corps n'attend que toi,
Mon coeur a soif de toi,
Tout mon être,
Toute mon âme est un long cri vers toi,
La nuit, je n'espère que toi,
Le jour, je ne vis que par toi,
Quand donc reviendras tu, toi, mon aimée,
L'amande de tes yeux noirs a fait mon coeur prisonnier,
Tes longs cils dorés se sont refermés sur mon corps enlacé,
Lorsque ton regard s'ouvre,
C'est comme si le soleil et la lune s'y donnaient rendez-vous,
Lorsque ton regard s'ouvre,
C'est la nuit des mille étoiles qui se répand en moi,
Mon coeur devient par à la Voie Lactée,
Et mon âme le centre des Galaxies,
Alpha du Centaure, Andromède n'ont plus de secret  pour moi,
Par ton regard la lumière du centre du Cosmos pénètre en moi,
Par ton regard, le coeur bouillant de l'Univers se déverse en moi
Et me réchauffe dans ma nuit glacée,
Je suis issue du désordre du Chaos originel,
Je suis née de ton regard, brûlant comme une lame de feu,
La Terre était dans le Néant des origines
Et le Soleil, astre brillant, flamboyant et lumineux apparut,
Le Noir était vaincu, et la Peur et le Froid,
Je suis née de toi,
Tu m'as enfantée une deuxième fois,
Tu es mon Paradis perdu,
Mon chemin de Dilmun,
Mon Tigre et mon Euphrate,
Moi, Dumuzi, fragile dieu du Renouveau
Toi, Astarté, déesse des amants,
La blessure saigne encore à mon flanc,
Mais tu as su la panser de tes lèvres d'argent,
Ton regard de miel est doux aux affligés,
Ton regard de braise est un remède puissant,
Jamais plus il n'y aura la Neige et la Glace,
Qui recouvra tout d'un manteau blanc,
D'une carapace de givre,
D'un bâillon mordant,
Tu parais,
Et tous les fantômes se dissipent,
Les vampires et les zombis reculent,
Tu parais, et c'est le règne de la Lumière.

Date de création : 04/10/2010 @ 18:33
Dernière modification : 05/10/2010 @ 17:04
Catégorie : poèmes. Renaissance
Page lue 537 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

cadeau.gifSpécial !
GuppY, le portail web kiss sans base de données, est disponible dans la version 4.6 smile
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 9 membres


Connectés :

( personne )
Recherche



GuppY 'allégé'
Calendrier
Sondage
Que pensez-vous de GuppY ?
 
Génial !
Bien
Moyen
Bof...
Je vais prendre un autre outil
Résultats
Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...

Nouvelles des Amis

Haut